Les aides pour créer son entreprise en France

Le projet de création d’une entreprise requiert un capital de départ qui permet de faire face aux différentes charges de l’entreprise. Lors du lancement de ce projet, l’entrepreneur est souvent confronté à des problèmes de financement (paiement des impôts et charges, acquisition de local…). En France, il existe des dispositifs d’aide à la création d’entreprise qui peuvent l’accompagner en ce sens. Voici alors quelques infos sur les aides à la création d’entreprise en France.

L’aide à la reprise ou à la création d’entreprise

Octroyé par pôle Emploi, l’ARCE permet d’obtenir un pourcentage (45 %) des allocations de chômage qu’il vous reste à percevoir lors de la création de votre entreprise. Pour bénéficier de cette aide financière, vous devez d’abord effectuer quelques démarches administratives auprès de Pôle Emploi.

Dans cette optique, le bénéficiaire qui souhaite créer son entreprise doit adresser un dossier dûment rempli à Pôle Emploi, pour le versement des allocations de chômage. Suite à la validation de son dossier, l’organisme procède au versement d’un premier montant représentant la moitié de l’aide. L’autoentrepreneur reçoit la seconde moitié après un délai de six mois.

L’exonération de charges (ACRE)

Il s’agit d’une aide à la création d’entreprise qui est principalement accessible aux jeunes et aux demandeurs d’emploi dont l’âge est compris entre 18 et 25 ans. En effet, l’ACRE (ex ACCRE) permet d’être partiellement exonérées des charges sociales lors de la première année de votre activité.

Toutefois, les démarches et conditions pour l’obtenir ont été modifiées depuis la réforme de 2020. De ce fait, l’autoentrepreneur doit désormais faire sa demande auprès du CFE. Le dossier du candidat comprend un justificatif prouvant l’appartenance à une des catégories bénéficiaires.

Celui-ci doit également fournir un formulaire et une copie du formulaire de déclaration de création d’entreprise. Cependant, le dossier doit être transmis au CFE dans les 45 jours qui suivent la création de l’entreprise. Par ailleurs, l’octroi de cette aide est automatique pour les créateurs de société et n’implique aucune démarche préalable.

Le maintien des allocations de chômage

Les personnes qui reçoivent des allocations de Pôle Emploi pour la création de leur entreprise peuvent également réclamer leur maintien. Cette démarche peut être entamée lorsque vous percevez une rémunération faible en tant que dirigeant de votre entreprise.

Connue sous le nom d’allocation de retour à l’emploi (ARE), cette forme d’aide à la création d’entreprise permet d’améliorer la situation des créateurs d’entreprise et des chômeurs. Toutefois, vous pouvez également maintenir votre Revenu de Solidarité Active (RSA).

Cela est possible lorsque vous ne percevez plus les ARE, mais que vous touchez le RSA. Cette dernière représente la prime d’activité octroyée dans le cadre de la création de votre entreprise.

Le congé pour création d’entreprise

Généralement, les entrepreneurs ne pensent pas à ce type d’aide qui peut s’avérer très intéressante pour la vie de leur entreprise. En effet, il s’agit d’une période de congé qui suspend le bail de travail pendant un an renouvelable.

Cela permet aux entrepreneurs de retrouver le même emploi ou un emploi similaire en cas d’échec du projet d’entreprise. En outre, il vous facilite la vie et permet de vous lancer une nouvelle fois dans votre projet entrepreneurial.

Pour prétendre à ce type d’aide, le bénéficiaire doit avoir une ancienneté d’au moins deux ans dans la création d’entreprise.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*