Les divers types d’investissement pour un développement durable

L’épanouissement d’une entreprise se traduit par une meilleure productivité et un accroissement de son chiffre d’affaires. Afin de garder un bon niveau de croissance, une entreprise se doit d’être ouverte à toute possibilité d’évolutions. Cette approche implique des investissements de la part de l’entreprise à la fois sur le plan matériel, financier et humain.

L’investissement en capacité et capital humain, principale source de productivité

Le niveau de production d’une entreprise est dépendant des compétences et des capacités de production de son personnel, plus le personnel est performant, plus la production se développe. Par conséquent, le maintien du niveau de production par rapport à la concurrence nécessite une évolution constante de son personnel. Cette évolution peut se matérialiser par l’apport de nouvelles compétences par l’intermédiaire de nouvelles formations, ou de nouvelles techniques de production. La formation est sans aucun doute l’investissement le plus simple à mettre en place, mais également le moins cher. Mais parfois, former le personnel limite le champ de développement d’une entreprise, dans la mesure où l’on dépasse les capacités d’acquisitions du personnel. Dans ce cas, l’investissement passe par l’apport de nouvelles têtes dans l’organisation. La nouvelle vision et les nouvelles méthodes de travail apportées par ces nouvelles recrues vont impacter sur l’organisation générale de l’entreprise et par conséquent sur la productivité.

L’apport financier, la base de tout investissement

Lorsque l’on évoque le terme investissement, on pense immédiatement aux dépenses que l’on fait afin d’atteindre un objectif sur le long terme. Et d’une certaine manière, ceci s’avère exact, car tout investissement possède un coût financier qu’il soit direct ou indirect. En entreprise, un investissement a pour but final d’accroître la productivité. Et ceci peut se matérialiser par des investissements en matériel, en formation et technique de production, en recrutement, ou encore en promotion interne. Chacune de ses voies engendre un coût que l’on peut classer comme direct ou indirect. Parmi les dépenses directes et donc que l’on peut classer comme étant des investissements financiers directs, l’on peut citer les achats matériels. Des investissements, dont les répercussions, sont directs, que ce soit sur les finances que sur les productions. D’autre part, l’on peut citer les formations ou les recrutements dont les apports se matérialisent à travers le temps. La rentabilité d’un tel projet nécessite une bonne gestion, comme le démontre l’actualité du monde de l’entreprise.

L’investissement matériel, la matérialisation la plus concrète

Un investissement se traduit le plus souvent par l’apport de nouveau matériel de production. De nouveau matériel qui intervient afin de rendre la production bien plus efficace, plus rapide, mais également plus économique. Dans cette catégorie d’investissement, l’on peut y inclure les investissements de capacités qui impliquent l’acquisition de nouveau matériel afin de répondre à la demande du marché. Mais on peut également y afférer les investissements de productivité qui ont une double fonction. Ce type d’investissement implique l’acquisition de nouveau matériel qui soit à la fois plus rapide et plus coûteux avec un coût de production plus faible. Par conséquent, on parvient à produire plus sur un même délai, mais également avec un coût plus faible.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*