Assurance rachat emprunteur : pourquoi faire une souscription ?

Pourquoi faire une assurance rachat emprunteur ?

L’assurance de rachat de crédit, soit celle de l’emprunteur, reste optionnelle. En effet, la souscription d’une assurance ne fait pas l’objet d’une quelconque obligation juridique. Pour autant, la majorité des organismes bancaires la réclament. Et ceci est davantage important lors d’un rachat de crédit. En effet, quand vous réalisez un rachat de crédit immobilier, ou n’importe quel autre type de crédit, vous êtes amené à souscrire à une nouvelle convention.
Dans cet article, nous allons voir pourquoi vous devez souscrire une assurance-crédit lors du rachat d’un nouveau prêt.

Que veut dire assurance rachat emprunteur ?

Afin de mieux saisir ce qu’est une assurance-crédit, il est nécessaire avant tout de comprendre en quoi consiste un rachat de crédit.

Le rachat de crédit

En tout premier lieu, à l’instar d’un prêt, vous êtes tenu de le rembourser, vous êtes commis à la durée du contrat.
Comme son nom le suggère, le rachat de crédit consiste à faire un rachat de crédit. Cette opération est également désignée comme un regroupement de crédits. Lorsque vous peinez à rembourser vos emprunts, ou lorsque vous cherchez à disposer de taux d’intérêt attractifs, le rachat de crédit est une solution à privilégier afin de ne pas se retrouver en situation de surendettement.

L’assurance emprunteur

L’assurance emprunteur, selon son appellation, concerne les emprunts que ceux-ci relèvent du secteur de l’immobilier ou de celui de la consommation. Il s’agit d’une assurance qui couvrira le remboursement de la mensualité ou du capital restant à payer au créancier ou le prêteur.
Il faut noter que dans le cadre d’un rachat de crédit à la consommation, la souscription à l’assurance emprunteur est nécessairement optionnelle.
Dans le cadre d’un rachat de crédit immobilier, la souscription d’une assurance de rachat de crédit est loin d’être imposée, mais presque toujours réclamée.
Cela vaut également dans le cas d’un rachat de crédit avec un prêt hypothécaire. Vous en courez un risque tout comme l’établissement financier, c’est pourquoi, celui-ci refuse de vous accorder un contrat de rachat de crédit sans assurance. Ce point est à mentionner clairement dans le contrat.

Les types de contrats d’assurance emprunteur

Au même titre que pour un prêt, l’assurance pour un rachat de crédit ne se prend pas nécessairement chez un organisme créancier. Deux types de contrats peuvent être mentionnés :

  • l’assurance de groupe : votre créancier vous la présente quand vous signerez votre contrat de prêt. Ainsi, vous disposerez d’une couverture équivalente pour tous, dont le taux dépendra à la fois de votre situation et du montant emprunté ;
  • la délégation d’assurance : vous avez tout à fait la possibilité de contracter une autre assurance que celle qui vous est suggérée. Il faudra juste que les garanties exigées par l’établissement bancaire soient prises en charge.

En quoi il est important de contracter une assurance de rachat emprunteur ?

Un rachat de crédit se réalise rarement sans la souscription à une assurance. Celle-ci a pour but d’assurer le remboursement de vos mensualités auprès de votre prêteur si vous ne parvenez pas à honorer vos engagements.
Ce type de contrat d’assurance a un prix qui peut s’augmenter considérablement en raison des différentes circonstances qui se présentent. En effet, un rachat de crédit est loin d’être une opération banale, celle-ci signale la plupart du temps une insuffisance de vos ressources financières.
Cela explique la nécessité de souscrire une assurance quand il s’agit de ce genre de convention. Elle vous permet de bénéficier de plusieurs garanties dont celles qui suivent :

  • à la suite du licenciement ou de la perte de travail ;
  • dans le cas éventuel d’un décès ;
  • perte totale et irréversible d’autonomie ou PTIA : celle-ci devra être déterminée avant le 65e anniversaire de l’assuré et le remboursement se fera de manière intégrale ;
  • incapacité permanente totale ou IPT : dans le cas d’une incapacité supérieure à 66 %, le remboursement est garanti ;
  • incapacité professionnelle : si vous êtes inapte à occuper votre poste comme médecin, auxiliaire médical ou encore vétérinaire, le remboursement du capital restant dû vous est assuré si vous présentez une incapacité dépassant 66 % ;
  • incapacité permanente partielle ou IPP : une partie des remboursements mensuels sera couverte par l’assurance. La quotité de remboursement est déterminée selon le degré de cette invalidité ;
  • invalidité temporaire de travail ou ITT : celle-ci assure le remboursement des mensualités lorsque la personne est en contrat forfaitaire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*